Ces Rencontres sont un rendez-vous sur les risques technologiques majeurs

Publié le vendredi 17 juin 2011 à 15H18

 

Ces Rencontres sont un rendez-vous sur les risques technologiques majeurs

 

 

  • En dix ans, les "Rencontres de Fos-sur-Mer" se sont imposées comme l'un des rendez-vous principaux de réflexion sur le thème des risques majeurs. La 11e édition se déroule actuellement -elle a débuté hier et s'achève ce soir- à la Maison de la mer.
  • En matière de risques majeurs, l'actualité, un peu partout en France, est constituée par les "plans de prévention des risques technologiques", ces fameux PPRT, certains étant plus avancés que d'autres.
  • C'est Yves Blein, maire de Feyzin, vice-président de la communauté d'agglomération du Grand Lyon, et président de l'association Amaris -regroupant des élus et des communes intéressés par les risques majeurs- qui a ouvert les débats: "On n'est pas de bonne humeur", a-t-il lancé...
  • Et d'expliquer: "La loi Bachelot a mis en exergue la nécessité de progresser sur la connaissance du risque, la protection des habitants. Et puis... je ne dirais pas qu'on s'est endormi, mais trois ou quatre années sont passées pour mettre en place les décrets d'application".
  • Puis sont arrivés les fameux "Grenelle" qui, sur certains points, rendaient la loi Bachelot déjà obsolète. L'association Amaris a travaillé pendant deux ans pour modifier cette loi. Yves Blein en donne un exemple: "Comment imaginer que des habitants à qui on demande de faire des travaux de mise en conformité de leur maison par rapport au risque technologique doivent payer 85% des travaux? Tout le monde estime que ce n'est pas normal, l'Etat annonce qu'il est prêt à relever le montant de sa participation, les collectivités territoriales se disent prêtes à y participer..."
  • Nous sommes alors en septembre 2010, et l'Etat, dont les caisses sont vides, se lance dans une chasse aux "niches fiscales", c'est-à-dire aux situations permettant de payer moins d'impôts. "Habituer près d'une plateforme pétrochimique est évidemment un avantage et une niche fiscale..." ironise Yves Blein. Résultat: le relèvement des aides de l'Etat passe à la trappe. Il en résulte, selon lui, une "situation ubuesque, ou tout le monde, au gouvernement, dans les groupes parlementaires, dit qu'on a raison; le problème, c'est que ça ne se traduit pas dans la loi..."

 

Paul-Henry FLEUR

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×