communiqué de presse du 31 juillet 2015

Suites aux déclarations des salariés (article de la Provence du 31 juillet 2015)

Les riverains de la raffinerie Total, la Mède,

 de plus en plus inquiets!

  1. Les unités n’ont jamais été totalement dégazées, il est toujours resté un peu de produit. La direction aurait dû complètement les dégazer." Un responsable syndical confie que les propos de la direction aurait été tout autre : "elle nous a dit que si on arrêtait le mouvement, alors elle réparerait et mettrait en sécurité
  2. Nous devons, tout de même continuer à exploiter pendant 18 mois, relève un syndiqué, mais les agissements de Total, qui veut redémarrer au mépris des règles de sécurité, sont irresponsables." !
  1. Après 48 jours de grève si ce futur démarrage inquiète la CGT, c’est celui qui a suivi le dernier grand arrêt poserait encore problème :
  2. Les points bloquants du dernier arrêt auraient dû être revus dans les six mois qui suivaient, fait savoir le secrétaire du CHSCT, or ça n’a pas été fait. La sécurité ne se négocie pas !
  3. Un poste électrique a pris feu.
  4. Un autre n’a pas fonctionné normalement : il date de 25 ans et n’a jamais fait l’objet d’aucune maintenance. 
  5. Une fuite sur une ligne de torche, réparée seulement par une étanchéité provisoire alors que ce n’est plus la procédure à suivre
  6. Les conditions pour redémarrer ne sont pas les meilleures. Qui plus est, la direction a embauché beaucoup d’intérimaires qui ont été formés sur des unités à l’arrêt !
  7. Depuis l’incident de LyondellBazel Berre. "Certes, le niveau de surveillance a été relevé, et d’assurer que les dépôts de Lavera avec ses réservoirs de stockage ne bénéficieraient pas d’un gardien à demeure.
  8. Le grillage censé être électrifié qui cerne la raffinerie, n’a jamais fonctionné en 15 ans.
  9. La direction de Total a tenu à rappeler, que les investissements de maintenance à la Mède étaient supérieurs à la moyenne de ses usines françaises ! Dans quels états doivent se trouver les autres sites ?

C’est un cocktail explosif, sans mauvais jeu de mots" Selon le syndicat CGT

  1. Ce qui était dénoncé depuis des années par le collectif 13, représentant les associations de riverains, est confirmé par les salariés eux-mêmes.
  2. La raffinerie de Total à la Mède, met-elle ses salariés et les riverains en situation de danger ?
  3. Les services de l'état ont pour devoir d'engager une tournée d’inspection pour définir ce que Total doit réparer avant le redémarrage des installations.
  4. Les acteurs politiques du bassin d’emplois et les organismes de tutelle doivent demander à la préfecture d'effectuer un "Audit".
  5. Les conditions de démarrage des installations et l'assurance de la mise en sûreté des sites Total sur Martigues doivent être assujetties ces expertises
Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×