COMMUNIQUE DU COLLECTIFPPRT 13

Initiatives Menées par le

Collectif PPRT 13

En ce début d’année 2011.

 

 4 janvier 2011 fuite de gaz chez GEOGAZ

Aux dires officiel aucune fuite à l’extérieur de l’usine

 6 janvier 2011 accident mortel chez GAZECHIM

1 mort, des blessés, fuite de chlore confinée dans l’établissement

 Communiqué du Collectif PPRT13 diffusé pour dénoncer la situation des PPRT et le « économiquement acceptable » repris dans les études de dangers

 Refus de la préfecture pour la participation des riverains et des salariés, à la réunion de crise du 13 janvier 2011.

 Dénonciation aux élus M DIAED et VAXES pour cette fin de non recevoir

 Lettre aux Maires concernés par le PPRT en cour d’élaboration pour information de ce rejet.

 

 Si nous avions été appelés à cette réunion nous aurions put déclarer :

 

1. Le dernier accident mortel (GAZECHIM) montre bien que, même si le risque zéro n'existe pas, on est très loin de tendre vers cette situation ; “nous sommes encore passé très près d'un nouvel AZF »

2. Que faisait du solvant dans un récipient pour le chlore ?

3. Comment sont dirigés, nettoyés les retours ?

4. Comment sont traités les réservoirs avant leur remplissage ?

5. Cela démontre une faille dans les instructions, les process de cet établissement (déjà une fuite de chlore en 2009), quelles mesures prendra l’exploitant pour éviter une telle manipulation ?

6. Cela démontre aux industriels et l'État qu’ils sous estiment le risque industriel, au profit de l’économiquement acceptable. Les salariés quotidiennement au contact de ces risques ne sont toujours pas considérés comme effectuant une profession dangereuse

7. Les industriels annoncent tous les ans des efforts pour réduire les risques à la source, dans leurs propres installations, ce n'est pas suffisant. Un tel accident doit remettre au premier plan la question de la protection des salariés (formation, effectif, connaissances, process…) et des riverains, et ce n'est pas à ces derniers de payer pour un risque qu’ils ne maîtrisent pas, dont ils ne sont pas responsables, mais “victimes“.

8. Les riverains (pour des travaux d’un coût élevé) ne seront aucunement protégés, si l’accident survient lors des activités d’extérieur (jardinage, barbecue, repas sur terrasse, plage, pêche…) Aucune protection lorsqu’ils sont en dehors de leurs domiciles, qu’ils soient du quartier ou simplement de passage.

9. Même avec un P.P.RT la situation demeurera ! Car celui-ci ne change en aucune manière la manière d’aborder les ETUDES DE DANGERS des installations SEVESO, ET D’EN TRAITER LES CONCLUSIONS, si l’on maintient le critère de l’ECONOMIQUEMENT ACCEPTABLE !

10. Nous pensons que lorsque la loi permet "l'économiquement acceptable " pour l'industriel (dans le cas du PPRT de la raffinerie de la Mède, Total versera 5,5 milliards de dividende aux actionnaires en 2011 !) La loi admet dans ce cas "le dangereusement acceptable». Le premier à un coût financier maîtrisé, la survenance d'un accident majeur se chiffrerait certainement en perte de vies humaines et à un coût sans commune mesure avec un investissement initial à la source. C'est un choix que nos Élus devront faire dans leurs positionnements pour défendre les riverains.

PO le COLLECTIF PPRT 13

M PUECH sylvestre

mobile:  0674 760 841

sylvestre.puech@nordnet.fr

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site