Lettre ouverte au Préfet de région

courrier-au-prefet-de-region.docx courrier-au-prefet-de-region.docx

Lettre ouverte au préfet de région PACA

 

M. Hugues PARANT.                                                                Lavéra le 01 décembre 2012

Préfet de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur,
Préfet de la zone de défense Sud,
Préfet des Bouches-du-Rhône

2, boulevard Paul-Peytral
13006 Marseille

Le Plan de Prévention des Risques Technologiques (PPRT), du site de Total la Mède a fait prendre conscience à la population de l'importance du danger qui la menace.

La manifestation qui s'est déroulée le 24 novembre sur les communes de Martigues et de Châteauneuf la Mède a été l'expression démocratique d'une inquiétude et d'une colère croissantes des riverains directement concernés.

Nous avons pu également mesurer les nombreux encouragements et soutiens de la population de la ville de Martigues et de la Mède qui découvrent les réalités de ce PPRT. La pétition en cours d’élaboration démontre par le nombre de signatures le refus des riverains et de la population sur ces PPRT !

Cette raffinerie, au fil de son évolution qui a conduit à modifier profondément ses unités de production sans que personne ne s’y oppose ou ne s’en préoccupe vraiment, met désormais en œuvre des produits dangereux et s’est dotée de capacités de stockage qui le sont tout autant “

Comme l'impose la loi, priorité doit être donnée aux réductions de cette dangerosité.

Or il n’en n'a rien été.

La méthode probabiliste semi- quantifiée imposée par INERIS, même si elle est jugée globalement plus réaliste, n'est pas adaptée aux «gros" PPRT comme Total la Mède à forte urbanisation.

Elle favorise principalement des mesures de sécurité orientées vers la réduction de la probabilité d'occurrence de l'accident afin de le sortir des cases "NON" de la grille MMR.

L'industriel peut ainsi respecter le règlement sans avoir à réduire l'intensité de l'aléa, c'est-à-dire la dangerosité importante globale installée (comme AZF).

Dans le cas de Total la Mède cela est frappant :

Pensez-vous Monsieur le Préfet, qu'avec 23 accidents classés "désastreux", 81 accidents potentiels classés "catastrophiques » et 316 accidents potentiels classés "importants" ce site n'a pas dépassé le seuil acceptable de dangerosité ?

Plus nous avançons dans ce "PPRT" plus nous sommes convaincus qu'un nouvel AZF est possible demain, l'imprévisible étant souvent le gagnant.

Les services techniques de l’époque (DRIRE) l’avaient clairement mentionné dans leur rapport d’inspection de septembre 2008 :

" « Ces EDD ont conduit à des investissements de 21M€ par Total pour améliorer la sécurité mais aucun n’est directement lié a une réduction des accidents potentiels consécutifs a la démarche de maîtrise des risques. Ce qui pose des questions d’acceptabilité ».

Nous considérons que dans ces conditions ce PPRT n'aurait jamais dû faire l'objet d'une prescription.

Compter sur la concertation, et la mise en place du plan de prévention des risques avec ses mesures foncières n'est pas la solution suffisante pour protéger véritablement la population du danger qui la menace.

Les associations de riverains ont été confrontées à la complexité de ce PPRT,  avec ses nombreuses incohérences, erreurs, mais aussi des services techniques qui ont fait preuve de complaisance.

Le PPRT de Total La Mède fait partie de ces quelques "gros PPRT" ' nationaux à un niveau de dangerosité inacceptable (quelques dizaines en France seulement) pour lesquels la loi Bachelot doit être révisée.

Plus nous avançons dans ce "PPRT" plus nous sommes convaincus, l'imprévisible étant souvent le gagnant, qu'un nouvel AZF est possible demain.

Demander dans ces conditions au simple citoyen de prendre la responsabilité pleine et entière de sa propre protection face à une source de danger extérieure de cette importance est, vous en conviendrez, une aberration absolue. Nous sommes d’ailleurs le seul pays au monde à avoir eu cette idée lumineuse.

Monsieur le sous-préfet Babre, que nous avons récemment rencontré, semble nous avoir entendus et compris.

Pourra t-il convaincre Total de réduire son niveau de danger à un seuil acceptable, lui faire diminuer significativement le nombre de MMR ?

Avec la notion de la loi de "l'économiquement acceptable" et les montages financiers de Total qui lui permettent de ne pas payer d’impôts en France et d’avoir des raffineries à peine rentables, cela nous parait difficile à envisager.

Ce PPRT n’est pas abouti, il ne peut en aucun cas être approuvé.

Il est indispensable,    pour « le mieux vivre ensemble Industriel / riverains » d’arriver à un consensus sur un niveau de risque acceptable. Aidez-nous Monsieur le Préfet, à atteindre cet objectif.

Sans cela les riverains continueront à se battre et à refuser par tous les moyens la mise en place de ce plan de prévention avec les conséquences que cela entraînerait sur leur habitation.

Le tribunal administratif a déjà annulé le PPRT de la société ESSO à Toulouse. Les riverains sont prêts à aller sur le même terrain si ce PPRT était signé en l'état.

Il est de notre devoir de citoyen de vous communiquer, monsieur le préfet, notre position et de vous dire clairement qu'approuver ce PPRT en l'état serait prendre de lourdes responsabilités.

Recevez, Monsieur le préfet, de la part tous les riverains l'expression de leur plus haute considération.

Association du Val des pins et quartiers environnants, collectif la Mède demain

PUECH Sylvestre, Coordinateur COLLECTIFPPRT13,

Coordinateur de la Coordination Nationale des Associations Riveraines des Sites Seveso

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site